Arculfe

Adamnanus, De locis sanctis, 680 dC (environ)

Premier temoin de la situation qui a suivit l’arrivée arabe à Jérusalem, l’éveque gaulois Arculfe a laissé ses notes au moine Adamne qui l’interrogea et qui transcrivit ses mémoires de pelerin, une description riche du Saint Sépulcre et des autres lieux visités dans la Ville Sainte pendant son séjour.

Description de la Tombe du Seigneur

“Au centre de la rotonde, s'élève un édicule rond, taillé dans un même massif de rocher ; il peut contenir neuf hommes debout priant côte à côte, et le plafond se trouve à un pied environ au-dessus de la tête d'un homme de haute taille. L'entrée de ce petit édicule regarde vers l'Orient; il est entièrement couvert à l'extérieur de marbres choisis. Le sommet est doré et soutient une grande croix d'or. Le Sépulcre proprement dit est creusé dans la paroi septentrionale de la chambre sépulcrale et dans la même roche ; le pavé de cette chambre est plus bas que le Sépulcre, et il y a presque trois palmes de hauteur du pavé de la chambre a bord du Sépulcre”.

De Locis Sanctis, Livre I, chap. II

Au sujet de la pierre qui renfermait la Tombe

Nous avons aussi demandé à Arculfe quelles étaient les couleurs du roc à l'intérieur duquel on a creusé cet oratoire avec le sépulcre du Seigneur à sa partie nord, taillé dans la même pierre, et il nous a répondu : Cet oratoire du tombeau du Seigneur n'est couvert à l'intérieur d'aucun ornement, et montre encore aujourd’hui, dans toute sa voûte, les traces des instruments qui l'ont creusé ; la couleur du tombeau et du sépulcre n'est cependant pas partout uniforme, mais la pierre offre une réunion de rouge et de blanc. Du reste, en voilà, je crois, assez sur ce sujet.

De locis sanctis, Livre I, chap. IV